Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Dark Inquisitor
Inquisitor of the Force
Inquisitor of the Force
Masculin Nombre de messages : 8896
Age : 42
Jeu(x) du moment : ACO (PC) / Warframe (PC) / Destiny 2 (PC) / Elite Dangerous (PC VR) / Divinity Original Sin 2 (PC)
Date d'inscription : 23/01/2007
http://www.dark-inquisitor.com/darkinquisitor.htm

Elite Dangerous

le Ven 30 Juin 2017 - 15:55
Le jeu étant à présent disponible sur PS4, et donc sur tous les gros supports du moment, je me suis lancé dans l'aventure de la version ... PC. Mais tout d'abord, un trailer.


Pourquoi j'ai pris la version PC du coup ? Dans mon cas, c'est plutôt facile :

- mon PC est plus puissant que ma PS4 Pro ... et mon prochain PC "un jour" sera encore plus puissant (que la PS5), et toujours compatible avec le jeu.

- les versions consoles ne supportent pas (encore?) la VR ... les développeurs ont indiqué que leurs tests PSVR ne sont pas satisfaisant. Certes, je n'ai pas de matos VR sur PC mais j'attends la prochaine génération de casque pour investir. C'est donc un choix technique sur l'avenir.

- Deux fois moins cher sur PC avec les soldes Steam.

- La version PC supporte tout un tas d'HOTAS, alors pour me faire plaisir, je me suis pris le X52 Pro, après que l'on m'ait fait tester le X52 de base. C'est quoi un X52 Pro ? Réponse en image :


Sincèrement, même si le jeu est jouable au pad, c'est le jour et la nuit en terme d'immersion. Du coup, comme j'ai revendu ma manette Steel Battalion il y a quelques temps, je me fais plaisir avec ce matos.

Quant au jeu lui-même, j'y reviendrai bientôt, le temps de faire quelques missions supplémentaires mais pour ceux qui n'aiment pas les jeux où l'on est complètement lâché dans la nat... l'espace, oubliez-le de suite.
avatar
Dark Inquisitor
Inquisitor of the Force
Inquisitor of the Force
Masculin Nombre de messages : 8896
Age : 42
Jeu(x) du moment : ACO (PC) / Warframe (PC) / Destiny 2 (PC) / Elite Dangerous (PC VR) / Divinity Original Sin 2 (PC)
Date d'inscription : 23/01/2007
http://www.dark-inquisitor.com/darkinquisitor.htm

Re: Elite Dangerous

le Lun 24 Juil 2017 - 23:02
Après 41h de vol, réparties entre de l’entrainement (vol, combat, minage, …), des balades de quelques années-lumière entre divers systèmes solaires, de la lecture d’information dans les stations, de la conduite en VRS à la surface de planètes et quelques combats pour mettre un peu d’ordre, je continue ma découverte de notre immense galaxie de l’an 3303 peuplée de 6.6 mille milliards d’humains (ce qui n’est assurément pas rassurant vu le merdier avec seulement 7 milliards à notre époque).


Pour faire simple, Elite Dangerous est un jeu à destination de ceux qui aiment la liberté à tous les niveaux, et répond à ce qui m'a toujours manqué dans un Mass Effect : l'exploration spatiale. Liberté d’aller (presque) partout, de choisir son vaisseau, son équipement, de choisir de manière formelle ou informelle une superpuissance à aider, d’accepter une mission ou pas, de jouer les coursiers toute notre vie ou le pire pirate de l’univers, ou un peu tout. Liberté de s’arrêter dans un système inconnu pour en explorer chaque astre détecté par nos scanners, avant de repartir accomplir notre mission en cours. Liberté d’être libre quoi. Alors forcément, c’est d’emblée un jeu qui va rebuter un paquet de joueurs qui ont besoin de suivre une histoire, d’avoir un fil conducteur, un but précis et noté en toutes lettres afin de ne pas se perdre en chemin.


Il faut dire que le début annonce la couleur. Peu d’informations, aucun objectif réel, juste une vague indication vers trois systèmes solaires où se trouvent des personnes aux orientations distinctes, et le vaisseau le plus standard qui existe. Doit-on commencer par jouer les mineurs ? Faire le livreur ? Jouer au marchand qui spécule sur les marchés ? Se jeter dans le feu de la bataille (vu notre premier vaisseau, je déconseille). C’est à nous de choisir et d’accepter ou non les premières missions qui s’offrent à nous. On peut même n’en avoir rien à cirer et partir explorer la galaxie au feeling. Bon bien sûr, le vaisseau ayant besoin à minima de carburant, on risque vite de se retrouver en rade au milieu du néant ou dans l’incapacité de refaire le plein, donc il est plutôt logique d’accepter de faire autre chose que juste regarder les étoiles dans une carcasse à la dérive… au début en tout cas. Car contrairement à un No Man's Sky, on ressent nettement plus les distances entre les étoiles et les planètes, l'année-lumière étant de rigueur et une planète au loin n'est souvent qu'un marqueur, bien avant de n'être qu'un seul petit pixel, jusqu'à devenir gigantesque lorsque l'on se pose dessus.


D’ailleurs, on ne va pas bien loin avec notre Sidewinder, limité de partout. J’ai donc opté pour la livraison, en attendant de pouvoir acheter un vaisseau plus valable, de l’équiper comme il se doit, et de pouvoir aller corriger ceux qui n’ont pas été sages. Si ça n’a rien d’épique en soi, le simple fait de décoller d’une station en orbite, foncer dans un autre système, éviter son soleil (on vise toujours le soleil en hypervitesse, me demandez pas pourquoi je n’ai pas encore cherché), aller sur une planète et se poser à sa surface là où nous attend notre client, bien au chaud dans la base du coin, c’est déjà un vrai voyage et pour moi un vrai bonheur. Si j’avais touché du doigt l’immensité de l’espace dans EVE Online, le fait de réellement piloter son vaisseau change tout pour moi et me motive autrement plus, là où justement EVE Online m’a convaincu ne pas insister dans ce jeu au design qui ne me convient pas.


Surtout que l’exploration en soi apporte son lot de récompenses, parfois purement contemplative, lorsque l’on débarque dans un système inconnu et que l’on découvre que son soleil est une étoile à neutron, un truc qui peut vous ruiner un vaisseau en deux secondes si l’on reste dans le sillage de radiations de l’étoile, et m’a fait acheter un module à capsules refroidissement peu de temps après avoir eu très chauds aux réacteurs. Quand c’est plus calme, le simple fait d’explorer et récolter des données sur de nouvelles planètes non répertoriées, nous permet de les revendre aux systèmes plus éloignés (20AL minimum), histoire de se dire que l’on n’a pas perdu notre temps en chemin. Bien entendu, à l’instar des autres jeux du genre, à commencer par No Man’s Sky, il faut accepter le fait que l’on ne verra qu’une infinitésimale portion de la galaxie générée en procédural par le jeu, dont la quantité de systèmes explorables (dans les 300 mille milliards) dépasse l’entendement humain. Dit autrement, depuis l’existence du jeu (début 2015), tous les joueurs "Commandants" cumulés (dans les 2 millions pour 100K actifs sur Steam) n’auraient exploré qu’un nombre ridicule de systèmes.


Niveau gameplay, on est dans un simulateur arcade. Ni trop complexe, ni trop simpliste. Atterrir implique de trouver la bonne plateforme (sinon les autorités locales vont se fâcher), viser juste, sortir le train d’atterrissage, se poser en douceur, et ne pas squatter la place trop longtemps (rentrer au hangar ou repartir après le plein). Pour miner il faut un laser spécial (qui prend la place d’une arme donc) et un module pour raffiner. Pour combattre… des armes anti-boucliers et d’autres qui font mal, idéalement des armes pouvant suivre la cible (sinon c’est velu). Du coup, mon HOTAS prend tout sens dans ce jeu et on s’y croit plutôt pas mal. J’ai reconfiguré pas mal de boutons pour un confort optimal avec la partie gauche qui gère principalement la vitesse mais aussi le déploiement des diverses armes et la navigation dans les menus, et la partie droite le pilotage avec les armes et autres options (train d’atterrissage, hypervitesse, phares,…). Résultat : je ne touche jamais au clavier et je n’utilise la souris que pour la carte stellaire qui reste assez galère à gérer avec l’HOTAS. Bien sûr, on peut par la suite acheter des modules complémentaires qui automatisent un peu tout, notamment l’atterrissage qui se révèle de plus en plus délicat lorsqu’il s’agit d’entrer dans l’immense hangar d’une station spatiale avec une Corvette Fédérale qui racle les bords assez facilement. Là encore, c’est à chaque joueur de décider de sa façon de jouer.


La prochaine étape ? Continuer d’explorer et engranger des contrats de plus en plus juteux. Faire plus de combats vu que je commence à avoir le coup de main et que j'espère que ces derniers seront un peu plus passionnant (combattre dans l'espace au milieu de rien e, 1 contre 1, ça n'est pas franchement excitant mais il faut bien commencer quelque part). Passer à un vaisseau plus gros que mon actuelle Cobra MkIII (qui est un excellent second vaisseau car polyvalent et pas trop cher). Et bien sûr tester le jeu en VR dès que je reçois mon Occulus, commandé après avoir revendu mon PS VR.

avatar
Dark Inquisitor
Inquisitor of the Force
Inquisitor of the Force
Masculin Nombre de messages : 8896
Age : 42
Jeu(x) du moment : ACO (PC) / Warframe (PC) / Destiny 2 (PC) / Elite Dangerous (PC VR) / Divinity Original Sin 2 (PC)
Date d'inscription : 23/01/2007
http://www.dark-inquisitor.com/darkinquisitor.htm

Re: Elite Dangerous

le Jeu 23 Nov 2017 - 22:23
Puisqu’il faudrait beaucoup plus d’une vie humaine pour explorer l’intégralité du jeu, je continue ma balade dans notre galaxie Sagittaire A. Pour ce faire, j’ai cassé ma tirelire virtuelle (mais pas que…) en achetant un ASP Explorer, vaisseau de classe moyenne qui coûte de base un peu plus de 6.6 millions (prévoir 340K d’assurance en réserve, soit le prix de mon ancien vaisseau). Avec les quelques modules supplémentaires que j’ai ajouté dessus, on est plus proche des 7 millions mais il est encore très loin d’être amélioré au maximum.



En passant de mon Cobra MkIII à l’ASP Explorer, j’ai gagné deux armes supplémentaires, une plus grande soute, la possibilité de voyager plus vite et plus loin sans devoir refaire le plein, et également une vue panoramique exceptionnelle du fait du cockpit « bulle » placé à l’avant du vaisseau (enfin surtout en VR).



J’ai hâte de voir les prochaines mises à jour prévues pour 2018, avec notamment le premier mode « Histoire » qui devrait aider les joueurs qui se sentent complètement perdus en l’absence d’un fil narratif pour les guider. Clairement, la liberté totale offerte par le jeu et le fait de devoir toujours se débrouiller pour trouver nous-même quoi faire, je peux comprendre que ça rebute un paquet de joueurs.



avatar
Dark Inquisitor
Inquisitor of the Force
Inquisitor of the Force
Masculin Nombre de messages : 8896
Age : 42
Jeu(x) du moment : ACO (PC) / Warframe (PC) / Destiny 2 (PC) / Elite Dangerous (PC VR) / Divinity Original Sin 2 (PC)
Date d'inscription : 23/01/2007
http://www.dark-inquisitor.com/darkinquisitor.htm

Re: Elite Dangerous

le Dim 3 Déc 2017 - 23:33
Même si les screenshots ne rendent absolument pas honneur à ce que l'on peut vivre en VR dans ce jeu, puisqu'il faut réellement s'imaginer être à l'intérieur d'un vaisseau et pouvoir observer les alentours comme dans le monde réel, j'en rajoute de ma session du jour.

Ce que l'on voit en survolant une étoile. J'ai d'ailleurs rajouté un module pour refaire le plein en passant à proximité.


Toujours sympa les systèmes avec deux étoiles proches.


Une rentrée en atmosphère bien dans l'axe de la base destination, avec une vue plutôt sympa.
avatar
Steeve
Akram master
Akram master
Masculin Nombre de messages : 12039
Age : 35
Jeu(x) du moment : Xenoblade 2
Date d'inscription : 25/11/2006

Re: Elite Dangerous

le Lun 4 Déc 2017 - 9:49
J'avoue. Ca doit etre sympa en VR.
Mais je pense que ca m'amuserait juste 20 minutes et je m'emmerderai le reste du temps.
avatar
Dark Inquisitor
Inquisitor of the Force
Inquisitor of the Force
Masculin Nombre de messages : 8896
Age : 42
Jeu(x) du moment : ACO (PC) / Warframe (PC) / Destiny 2 (PC) / Elite Dangerous (PC VR) / Divinity Original Sin 2 (PC)
Date d'inscription : 23/01/2007
http://www.dark-inquisitor.com/darkinquisitor.htm

Re: Elite Dangerous

le Lun 4 Déc 2017 - 10:00
Ah ben c'est clairement pas un jeu d'action intense où tout est accessible en 30 secondes. Même les combats, il faut parfois chercher sa cible dans un système solaire entier, lui couper son hyperdrive (donc être équipé du module pour), puis se battre dans le vide de l'espace ... ce qui est assez monotone et chiant je trouve. Je prends ce jeu surtout pour de la balade spatiale en faisant l'explorateur plus que le warrior. Une petite partie de temps en temps, c'est comme une balade en bagnole, mais en plus exotique.
Contenu sponsorisé

Re: Elite Dangerous

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum